Prochaines séances du ciné-club

 

SAMEDI 28 JANVIER

A 17h30 : Assemblée Générale du Ciné Club suivi d’un pot de l’amitié

A 20h30 :

«  AMISTAD »

De Steven SPIELBERG, 1997,USA,155 min.,coul.

 

En 1838, l’ « Amistad » , navire espagnol transportant des esclaves Africains, est pris dans une violente tempête au large de Cuba. Une cinquantaine de prisonniers réussissent à se libérer de leurs chaînes et se retournent contre leurs bourreaux qu’ils passent par les armes. Cinqué, leur leader, oblige le capitaine à les ramener vers l’Afrique, mais celui-ci profitant de son ignorance met le cap sur l’Amérique. Jetés en prison, les mutins vont être défendus par deux fervents abolitionnistes, Théodore JOADSON et Lewis TAPPAN, qui engagent un jeune avocat, Roger BALDWIN. L’ « AMISTAD » est devenu un symbole du mouvement pour l’abolition de l’esclavage.

 

VENDREDI 24 FEVRIER

20h30

« ANTONIO DAS MORTES »

De Glauber ROCHA, 1969,Brésil,98 min.,coul.

 

Ancien tueur à gages, Antonio das mortes,reprend son activité. Le colonel Horacio lui demande d’abattre publiquement un agitateur qui dirige un groupe de paysans mystiques, les Béatos. Un duel public s’engage entre les deux hommes et Antonio das mortes triomphe. Mais quand le colonel engage un groupe de criminel pour massacrer les Béatos, Antonio das mortes, réalise que la justice devrait être du côté des déshérités….. Il change de camp.

 

SAMEDI 31 MARS

FÊTE DU Ciné-club « VENT DE PRINTEMPS »

A partir de 18 H : Théâtre

A 19 h30 : « LA GRANDE FARANDOLE » (Comédie musicale)

de Fred ASTAIRE et H.C. POTTER, 1939,USA,93 min.,N.B.

suivi d’un FEST NOZ à partir de 21 H.

 

Alors qu’il passe un week-end au bord de la mer, un modeste comédien de vaudeville, Vernon CASTLE, sauve un chien de la noyade. Une jeune fille, Irène FOOTE, danseuse, qui a assisté à la scène, lui propose de venir se réchauffer chez ses parents. Vernon est séduit et par la femme et par la danseuse. 3 mois plus tard, le couple est marié et a mis au point une chorégraphie inventive, qu’ils partent monter à Paris, où croient-ils, les attend la gloire.